Quand l’intestin va mal

On dit de l’intestin qu’il est notre deuxième cerveau.   C’est certes un organe long et très complexe.  De multiples ramifications (le nerf vague) le tiennent en constante communication avec notre cerveau.  Il contient des milliers de neurones et de neurotransmetteurs, tout comme le cerveau.  Il est de plus, la porte d’entrée … et de sorties … de notre système immunitaire.  Il va de soi que si l’intestin va mal, pas mal de choses dans notre corps ne seront pas au beau fixe !

Ce qui est compliqué avec l’intestin et le cerveau, c’est de comprendre leur langage.  L’intestin peut envoyer au cerveau de petits signaux (petits bobos) qui vous donneront toutes sortes de maux : des maux de tête, insomnie, flatulences; des signaux plus forts qui déclencheront des infections plus graves, comme des bronchites, sinusites ou problèmes cutanés ou de très grands signaux, telles les maladies comme la maladie de Crohn, Coeliaque, Alzeimer ou autres maladies dégénératives.  La preuve que la communication est directe est qui si vous vous intoxiquez, l’intestin (aussi l’estomac) enverra un signal au cerveau qui déclenchera un rejet immédiat de la « matière » consommée, par vomissement ou diarrhée, sous peine d’en mourir.

De même que pour la nourriture, les intestins sont dérangés par l’acidité, l’inflammation ou la médication, ce qui entraîne souvent des effets secondaires, comme des nausées, diarrhée ou constipation.  Les antibiotiques sont d’ailleurs créateurs de grands troubles intestinaux par la destruction de bonnes bactéries.

Il faut donc prendre un grand soin de nos intestins

Bien manger : Nourrir notre intestin implique faire de bons choix au niveau de la macronutrition, vos glucides, protéines, lipides, donc ce que vous mettez dans votre assiette et au niveau de la micronutrition, la qualités de vitamines et minéraux contenue dans vos aliments. Les suppléments tels des prébiotiques et probiotiques, les acides gras essentiels (Oméga 3) et les fibres qui protègent l’intestin sont essentiels pour les hypersensibles de l’intestin.  Et il faut éviter encore et encore les calories vides (farines blanchies, bonbons, gras saturés) ou des antinutriments.  Dans cette dernière catégorique sont, entre autres, les additifs, sulfites, OGM, pesticides, fritures, cigarette, alcool, café à l’excès, etc.

Pensez à ajouter de la supplémentation, soit une bonne multivitamine et des minéraux, comme les Essentials de USANA Health Sciences. Pensez que si vous ne manquez que d’un seul de ces micronutriments, la chaîne de montage de vos cellules ne fonctionnera pas à son plein potentiel, ce qui finira pas occasionner des petits maux qui grandiront avec le temps.

Faire de l’exercice pour bien oxygéner le sang qui transporte les nutriments dans tout le corps.

Des exercices de détente.  Respirez : Plusieurs fois par jour, arrêtez-vous pour bien gonfler le ventre et descendre les épaules.  Respirer sans forcer en pensant à votre inspiration, respirez avec amour!  Un, deux, trois …

Vous pouvez me consulter pour faire évaluer votre bilan alimentaire ou un plan de nutrition cellulaire.  Savoir ce que l’on mange, avec quoi le manger et pourquoi le manger, cela rend la chose plus facile et plus amusante.

Et surtout, n’ayez pas « La peur au ventre », ne dit-on pas « Quand l’appétit va, tout va  ! »

Bonne Santé !

Chantale Belhumeur, Naturopathe
www.natur-ose.com
info@natur-ose.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *