Quand l’intestin va mal

On dit de l’intestin qu’il est notre deuxième cerveau.   C’est certes un organe long et très complexe.  De multiples ramifications (le nerf vague) le tiennent en constante communication avec notre cerveau.  Il contient des milliers de neurones et de neurotransmetteurs, tout comme le cerveau.  Il est de plus, la porte d’entrée … et de sorties … de notre système immunitaire.  Il va de soi que si l’intestin va mal, pas mal de choses dans notre corps ne seront pas au beau fixe !

Ce qui est compliqué avec l’intestin et le cerveau, c’est de comprendre leur langage.  L’intestin peut envoyer au cerveau de petits signaux (petits bobos) qui vous donneront toutes sortes de maux : des maux de tête, insomnie, flatulences; des signaux plus forts qui déclencheront des infections plus graves, comme des bronchites, sinusites ou problèmes cutanés ou de très grands signaux, telles les maladies comme la maladie de Crohn, Coeliaque, Alzeimer ou autres maladies dégénératives.  La preuve que la communication est directe est qui si vous vous intoxiquez, l’intestin (aussi l’estomac) enverra un signal au cerveau qui déclenchera un rejet immédiat de la « matière » consommée, par vomissement ou diarrhée, sous peine d’en mourir.

De même que pour la nourriture, les intestins sont dérangés par l’acidité, l’inflammation ou la médication, ce qui entraîne souvent des effets secondaires, comme des nausées, diarrhée ou constipation.  Les antibiotiques sont d’ailleurs créateurs de grands troubles intestinaux par la destruction de bonnes bactéries.

Il faut donc prendre un grand soin de nos intestins

Bien manger : Nourrir notre intestin implique faire de bons choix au niveau de la macronutrition, vos glucides, protéines, lipides, donc ce que vous mettez dans votre assiette et au niveau de la micronutrition, la qualités de vitamines et minéraux contenue dans vos aliments. Les suppléments tels des prébiotiques et probiotiques, les acides gras essentiels (Oméga 3) et les fibres qui protègent l’intestin sont essentiels pour les hypersensibles de l’intestin.  Et il faut éviter encore et encore les calories vides (farines blanchies, bonbons, gras saturés) ou des antinutriments.  Dans cette dernière catégorique sont, entre autres, les additifs, sulfites, OGM, pesticides, fritures, cigarette, alcool, café à l’excès, etc.

Pensez à ajouter de la supplémentation, soit une bonne multivitamine et des minéraux, comme les Essentials de USANA Health Sciences. Pensez que si vous ne manquez que d’un seul de ces micronutriments, la chaîne de montage de vos cellules ne fonctionnera pas à son plein potentiel, ce qui finira pas occasionner des petits maux qui grandiront avec le temps.

Faire de l’exercice pour bien oxygéner le sang qui transporte les nutriments dans tout le corps.

Des exercices de détente.  Respirez : Plusieurs fois par jour, arrêtez-vous pour bien gonfler le ventre et descendre les épaules.  Respirer sans forcer en pensant à votre inspiration, respirez avec amour!  Un, deux, trois …

Vous pouvez me consulter pour faire évaluer votre bilan alimentaire ou un plan de nutrition cellulaire.  Savoir ce que l’on mange, avec quoi le manger et pourquoi le manger, cela rend la chose plus facile et plus amusante.

Et surtout, n’ayez pas « La peur au ventre », ne dit-on pas « Quand l’appétit va, tout va  ! »

Bonne Santé !

Chantale Belhumeur, Naturopathe
www.natur-ose.com
info@natur-ose.com

Détox – Lorsqu’un ménage s’impose

C’est bientôt le printemps et, à l’intérieur comme à l’extérieur, c’est le temps du ménage.  Pour que tout soit bien propre dans la maison, il ne suffit pas d’un peu d’eau et d’entrouvrir une fenêtre rapidement. Non! On y va à la grande eau, avec savons et produits non-toxiques évidemment, et nous ouvrons portes et fenêtres largement. Nous voulons vider la maison de ses microbes accumulés au cours de l’hiver, c’est logique.

Le printemps, c’est la saison du soleil, des jambes, des bras et des pieds nus et enfin, on peut respirer et se sortir le cou des épaules.  Mais outre oxygéner et laver la maison, nous devons faire de même avec le corps.  N’est-ce pas logique ?

L’idée d’une cure de nettoyage, ou détox au printemps (et à l’automne) est de détoxifier le corps en éliminant les toxines stockées depuis la dernière cure.  Ces toxines sont principalement les produits chimiques, les pesticides, les radicaux libres, les additifs alimentaires, la pollution de l’air, de l’eau, de notre alimentation, la cigarette et la fumée secondaire, l’alcool, la médication sous toutes ses formes, etc.  En condition optimale notre corps serait capable d’éliminer les toxines, mais en général il y a trop de polluants de toutes sortes et de stress oxydatif dans notre environnement pour que le corps arrive à s’en débarrasser sans aide.  Il les accumule donc, un peu partout dans le corps, le foie, les intestins, les tissus adipeux, etc. Nous nous sentons fatigué, souvent épuisé et le système immunitaire ne fait plus son travail de gardien.  Nous attrapons tout ce qui passe, ne dormons pas bien, avons des sautes d’humeur, impatience … Dois-je continuer les exemples ?

Une cure de détox dure de 7 à 30 jours et peut se faire de plusieurs façons.  Plus votre corps est intoxiqué, plus elle sera longue.  Une semaine de cure est idéale pour se débarrasser des excès que nous avons ingérés dernièrement … j’ai bien écrit dernièrement.  Comme la période est courte, cela rend ce régime faisable par sa période courte, mais difficile par les restrictions alimentaires et le facteur de fatigue, de manque d’énergie et souvent d’irritabilité qui entrent en ligne de compte. Je vous donne comme exemple, une cure de jus qui est à mon avis difficilement réalisable quand nous travaillons et qui souvent fait monter rapidement et descendre encore plus rapidement notre taux de sucre sanguin, ce qui n’est pas nécessairement une bonne chose.

Pour une cure plus longue, soit entre 21 et 30 jours, nous y allons plutôt d’une détox par l’alimentation saine et la supplémentation de produits aidant le corps à bien travailler (ex. produits pour le foie, les reins, le système sanguin, etc).  L’avantage de cette cure est que vous mangez bien, donc vous n’avez pas faim en plus de prendre de saines habitudes de vie.  Vous devez également couper certains aliments, la boisson et faire idéalement un peu d’exercice physique. Parce qu’elle est plus longue, la cure se fait plus en douceur et sans baisse d’énergie radicale. Vous vous sentez léger de corps et l’esprit moins embrouillé, car cette cure plus longue permet aux organes de bien se nettoyer et se réparer pour une nouvelle saison.  Des organes « propres » peuvent mieux transformer vos aliments sains en nutriments pour vos cellules.

Le choix de la cure de détox dépend aussi de votre condition physique.  Si vous n’êtes pas certain si une cure vous convient, il est important de demander d’un naturopathe. Il faut se rendre compte de nos faiblesses physiques pour savoir sur quel organe travailler prioritairement et de quelle façon vous voulez travailler.

N’oubliez pas que notre corps a besoin d’aide, particulièrement si vous vous avez une vie stressante et ne prêtez pas d’attention à votre alimentation.

Bientôt nous pourrons sortir nos belles jambes, nos bras etnos pieds nus pour la belle saison dans la joie et l’abondance de notre santé grandissante.

Chantale Belhumeur, Naturopathe
www.natur-ose.com
info@natur-ose.com